Mesurer la lumière


ou comment mesurer la luminosité reçue par votre orchidée





la collection
le rempotage
mesurer la lumière
diaporama

Visiter le Parc
Votre location de vacances en Guadeloupe
Il est toujours difficile de se rendre compte de la luminosité réellement reçue à un endroit donné par une plante et c'est souvent ce qui entraîne le fameux <<Mon orchidée ne re-fleurie jamais...>>. Après s'être mis d'accord sur la définition du mot <<jamais>> (1 an en général, parfois 2 à 3 ans) et avoir acquis la vertu que l'on appelle la patience nous pouvons passer à la pratique :
Les outils seront simples : un appareil photo et une feuille de papier blanc. Tout d'abord règler la sensibilité de son appareil photo dans le cas des numériques à 100 ISO/ASA (dans les menus de configuration), mettre une pellicule 100 dans les appareils argentiques. Ensuite placer la feuille blanche à la place de l'orchidée et la viser avec l'appareil photo de façon à ce que la feuille remplisse le viseur sans bien sûr que votre corps fasse obstacle à la lumière.

Nous passons ensuite à la mesure en observant les valeurs données par votre appareil ; d'une part l'ouverture (1/2.8 ou 1/3.5 ou 1/4 etc..) et la vitesse (1/30 ou 1/60 ou 1/1000 etc..). Pour faire simple il vaut mieux règler son appareil (position manuelle éventuellement) pour avoir une ouverture fixe de 1/4 et noter ainsi uniquement la vitesse ; cela vous donnera directement l'intensité lumineuse (l'unité est ici le Fc). Donc règlages 100 ISO et ouverture f/4, vous notez une vitesse de 1/500ème par exemple (parfois notée dans votre appareil 500 simplement) l'intensité lumineuse reçue à cet emplacement et ce moment précis est de 500 Fc.

Pour les luminosités plus importantes (vitesse obtenue supérieure à 2000 ou 4000 selon votre appareil) il faut utiliser un autre règlage d'ouverture à f/16, la vitesse est alors à multiplier par 16 pour obtenir l'intensité lumineuse (exemple 500x16 = 8000 Fc)

Version simplifiée
Dans le cas le plus habituel d'un emplacement sans soleil direct on peut tout simplement repèrer le moment le plus lumineux de la journée (entre 12h et 16h en europe, entre 10h et 14h aux Antilles) et faire la mesure à ce moment là. Diviser ensuite le résultat lu sur l'appareil photo par 2.
Pour une Phalaenopsis hybride il faudra une luminosité comprise entre 1000 et 1500 Fc.

Version complète
La mesure, qui reflète un moment précis, est à répèter à d'autres moment de la journée pour faire une moyenne, idéalement une fois par heure de 8 h à 18h en Europe, de 7h à 17h aux Antilles, vous additionnez alors toutes les mesures et divisez le total par 10.

Le résultat final est la lumière reçue par votre orchidée.

Vous avez enfin votre intensité lunimeuse (ouf...), est-ce la bonne place pour votre orchidée ou encore quelle orchidée pouvez-vous mettre à cet emplacement ? Il suffit de se référer aux tableaux ci-dessous. Si votre orchidée est par exemple un Phalaenopsis hybride et son emplacement actuel donne un résultat final de 400 Fc, il faudra la rapprocher de la fenêtre.

Quelques exemples issus de mon expérience :
Arachnis 3500 Fc
Aerangis 500 à 1500 Fc
Angraecum 1000 à 1500 Fc
Bollea 1000 à 1500 Fc
Brassavola 2000 à 2500 Fc
Bulbophyllum, Cirrhopetalum 1000 à 1500 Fc
Cattleya 2500 à 3000 Fc
Cochleanthes 500 à 1000 Fc
Coelogyne 1000 à 3500 Fc
Cymbidium généralement 2000 à 3000 Fc, 3000 à 3500 pour C. aloifolium
Dendrobium généralement 2500 à 3500 Fc mais très variable selon l'espèce.
Doritis 500 à 1000 Fc
Encyclia 2500 à 3000 Fc
Epidendrum très variable selon l'espèce ; E. elongatum ou E. ibaguene de 3000 Fc ou + ; E. ciliare de 2500 à 3000 Fc, E. mutelianum de 1000 à 1500 Fc.
Grammatophyllum 2500 à 3500 Fc
Laelia 2500 à 3000 Fc
Ludisia 500 à 1000 Fc
Maxillaria 1000 à 2500 selon espèces
Miltonia 500 à 1500 Fc
Oncidium généralement 2000 à 3000 Fc, 500 à 1000 Fc pour O. phymatochilum, 3000 à 3500 Fc pour O. baueri
Paphiopedilum 1500 à 2500 Fc
Phalaenopsis 1000 à 1500 Fc pour les hybrides, 500 à 1000 Fc pour les Phalaenopsis botaniques
Phragmipedium 1000 à 2000 Fc
Schomburgkia + de 3000 Fc
Stanhopea 500 à 1000 Fc
Tolumnia 1000 à 2000 Fc
Vanda, Mokara, Renanthera, Aranda etc... 2500 à 3000 Fc ;3500 ou + plus pour V. teres ou hybrides proches

ou dans l'autre sens :
500 à 1000 Fc
(orchidées d'ombre**)
Cochleantes, Doritis, Ludisia, Oncidium phymatochilum, Phalaenopsis botaniques,Miltonia, Stanhopea
1000 à 1500 Fc
(mi-ombre**)
Aerangis, Angraecum, Bollea, Bulbophyllum, Cirrhopetalum, Miltonia, Phalaenopsis hybride, Tolumnia
1500 à 2500 Fc
(mi-ombre** lumineuse)
Brassavola, Maxillaria*, Paphiopedilum, Phragmipedium
2500 à 3500 Fc
(lumière importante)
Cattleya, Coelogyne*, Cymbidium*, Dendrobium*, Encyclia, Epidendrum*, Grammatophyllum, Laelia, Oncidium*
3500 ou +
(plein soleil)
Arachnis, Schomburgkia
* Certaines espèces ou variétés d'un même genre peuvent avoir des besoins différents, j'ai alors mis le plus fréquent, le genre Maxillaria pourrait se retrouver dans chaque ligne de ce tableau selon l'espèce.
** le terme d'ombre est lui-même trompeur puisque l'oeil humain commence à trouver l'ambiance <<lumineuse>> à partir de 300 Fc ce qui n'est pas suffisant pour une orchidée.

Il peut donc y avoir des variantes avec certaines espèces particulières, ou encore selon la quantité max de lumière qu'une orchidée peut recevoir avec par exemple les Cattleyas dont certaines ne supportent pas plus de 20 mn de soleil de suite alors qu'elles ont besoin d'un maximum d'intensité lumineuse et accepterons des passages successifs de 5 mn de soleil d'où l'intérêt d'un tamisage lèger.
Pensez aussi aux variations été/hiver qui donnent des intensité lumineuses très différentes, c'est pourquoi on rapproche souvent une Phalaenopsis de la fenêtre en hiver, en enlevant même le voilage habituel ; mais pour faire simple si vous placez l'orchidée à son maximum acceptable en été (2500 Fc sans soleil direct pour une Phalaenospsis) elle aura généralement un quantité correcte en hiver au même emplacement.
Ces mêmes Phalaenopsis auront besoin de moins de lumière toute l'année (dans mon expérience 400 Fc) à condition d'être adulte et d'avoir 1500 Fc en hiver.

Pour finir ce sujet, ne vous inquiétez pas, vous prendrez vite l'habitude d'estimer la luminosité avec simplement votre oeil, avec de bonnes bases c'est plus facile !