Les Orchidées sauvages de Guadeloupe
et les autres
dans le Parc aux orchidées






la collection
le rempotage
mesurer la lumière
diaporama

Accueil Parc
La collection d'orchidées du Parc.
Elle est, depuis 2008, agréée par le CCVS. (Conservatoire des Collections Végétales Spécialisées).

Il faut noter en premier lieu une particularité de cette collection qui est d'être totalement en milieu naturel, pas de serres, pas d'ombrières. Les orchidées sont soit en épiphytes sur les arbres pour la majorité soit sur des supports intermédiaires soit encore en pots.

Cette collection, parmi celles qui peuvent être visitées par le public, est désormais la plus importante de Guadeloupe, c'est aussi une des plus grande collection d'orchidées de la Caraïbe et la première de France, DOM-TOM compris, si on se limite à celles qui sont exclusivement en milieu extérieur.
1. L'ensemble des orchidées.

Oncidium papilioDans un premier temps, juste pour le plaisir des yeux, nous vous proposons une sélection de belles photos ou encore un diaporama

Et ensuite nous vous proposons de voir les différentes orchidées adultes ayant fleuri en 2004/2005 mois par mois (soit environ 200 espèces ou variétés sur les 400 du parc, ce qui donne au total environ 3000 orchidées). Ces mois de floraison sont bien sûr donnés à titre indicatif, ce sont les orchidées qui décident quand elles ont envie de fleurir :)
Vous retrouverez bien sûr certaines plantes dans les différents mois, il faut dire qu'un bon nombre d'entre elles fleurissent souvent ce qui bien sûr ne gâchera pas notre admiration et notre plaisir...
Janvier / Février / Mars / Avril / Mai / Juin / Juillet / Août / Septembre / Octobre / Novembre / Décembre /

Pour vous aider dans la culture des orchidées voici une page spéciale 'rempotage' des orchidées.

2. Les orchidées sauvages de Guadeloupe présentes dans le Parc.

Le sujet est très important, que ce soit pour nos visiteurs, pour la Guadeloupe et même pour la flore de façon générale : 102 espèces d'orchidées dont 93 confirmées récemment*, 5 espèces endémiques c'est à dire qui n'habitent à l'état sauvage qu'en Guadeloupe.
Certaines espèces ont disparues, principalement du fait de l'activité humaine, et c'est peu dire que leur protection est un enjeu majeur de notre société. Apprenons à en connaître quelques unes, celles qui sont présentes dans le Parc, afin de mieux les protéger dans leur totalité en les laissant à leur place, dans la nature !

(cliquez sur les photos pour les agrandir)
Encyclia cochleata (Prosthechea)
En commençant par celle qui est ma préférée avec ces fleurs si originales : Encyclia cochleata (Prosthechea cochleata) qu'on nomme aussi l'orchidée pieuvre ou l'orchidée coquillage. Elle est aussi malheureusement très rare et en voie d'extinction en Guadeloupe, principalement à cause de ceux qui l'ont prélevée dans la nature pour la mettre chez eux ou la revendre. A ce propos rappelez-vous qu'il ne faut pas non plus ramasser les fleurs ou les graines : laissons une chance à ces plantes de se reproduire !
Dans le Parc nous trouvons aussi des hybrides proches : Prostechea 'Green Hornet' ou Epc 'Miva Etoile Noire'


Spathoglottis plicata
Nous passons ensuite à l'orchidée sauvage qui est sans doute la plus fréquente : Spathoglottis plicata, elle aurait d'ailleurs été introduite dans les Antilles en provenance d'Asie. Cette orchidée terrestre que l'on voit au bord de presque tous les chemins n'est pas menacée et des centaines de pieds dans le Parc en témoignent. Une autre espèce proche se rencontre (Spathoglottis sp. à fleurs plus claires) et une orchidée cultivée qui semble parfois s'échapper dans la nature (Spathoglottis unguiculata à fleurs violettes foncées). Nous en trouverons dans le Parc ainsi que des hybrides : jaune, jaune et rose, rose pâle, etc...


Epidendrum anceps
Les fleurs sont parfois toutes petites comme celles de cet Epidendrum anceps. Ici environ 15mm ce qui ne les empêchent pas d'avoir toutes les caractéristiques de la fleur d'orchidée. Comme pour l'orchidée pieuvre on peut retrouver celle-ci sur les arbres (c'est une épiphyte) ou encore sur les rochers (lithophyte).


Epidendrum anceps variété cleistogame
Drôle de fleur... Et oui puisque c'est un fruit... C'est une variété de E. anceps dont on ne voit jamais les fleurs puisque la fécondation se fait avant leur ouverture ! Et après tout pourquoi pas : ce n'est pas pour nous que les plantes fleurissent mais bien pour se reproduire.


Polystachya concreta
D'autres fleurs sont toutes petites mais regroupées en hampe florale plus importantes comme ce Polystachya concreta qui comme la précédente n'est pas en voie de disparition.


Polystachya concreta


On voit que même par dizaines les fleurs restent discrètes et c'est aussi ce qui permet à cette orchidée de n'être pas menacée par l'homme.


Epidendrum ciliare
Ce n'est pas la blancheur qui fait la discretion, la preuve avec ce magnifique Epidendrum ciliare dont le labelle prends la forme de cils. La floraison se fait un peu toute l'année mais principalement en fin de saison humide (Octobre-Novembre). Cette orchidée a une répartition géographique assez importante mais son intérêt visuel a entrainé une diminution importante des populations et en fait malheureusement une orchidée menacée en Guadeloupe. Nos petits-enfants risquent de ne jamais en voir dans la nature.


Epidendrum ciliare
A ce propos signalons que cette espèce comme d'autres est disponible à la vente chez les producteurs (reproduction 'in vitro') et qu'il ne sert donc à rien de prélever des plants dans la nature surtout que dans ce cas vous aurez bien peu de chance de réussir leur culture !
On voit bien sur cette photo comment une plante épiphyte s'accroche au support par ses racines.


Epidendrum boricuarum

On revient ici à une petite floraison avec Epidendrum boricuarum qui n'est pas menacée.

Maxillaria coccinea

Mais toutes les floraisons ne sont pas blanc-vert comme ici avec Maxillaria coccinea qui est endémique des Antilles et n'est pas menacée en Guadeloupe.

Oeceoclades maculata
Cette orchidée, Oeceoclades maculata, est assez particulière par le fait qu'elle est récente dans les Antilles (certains disent qu'elle est arrivée avec le cyclone Hugo) et de plus cette plante terrestre a un caractère assez envahissant.

Oeceoclades


En dehors de ce problème elle est assez intéressante avec ce feuillage panaché.

Oncidium altissimumEt bien sûr nous n'oublierons pas cette merveille : Oncidium altissimum, l'abeille d'or ou encore pluie d'or avec ces hampes florales de plus de 2 mètres couvertes de fleurs en saison sèche (Avril et Mai surout). Mais c'est aussi cette visibilité qui est son danger, bien trop de personnes l'ayant prélevée pour la mettre dans leur jardin ou pour la revendre !
C'est désormais une espèce protégée.

Oncidium altissimumDans le parc nous en trouverons (de façon naturelle donc !) une soixantaine de touffes parmi lesquelles nous pourrions distinguer les O. jacquinianum, O. wydleri mais qui sont désormais considérés comme faisant partie de la même espèce.

Cohniella cebolletaPour finir nous jeterons un oeil sur cette Cohniella cebolleta (anciennement du genre Oncidium) dont les populations sont en fortes régression.

photo de Tolumnia urophyllaAprès nous avoir fait languir une année les Tolumnia urophylla se sont décidés à fleurir en masse ! Son habitat proche de la mer (et donc des lieux habités) et ses grandes hampes florales bien visibles expliquent sans doute les menaces qui pèsent sur cette orchidée.

photo de Brassavolla cucullataEn voici une autre que j'affectionne particulièrement : Brassavola cucullata.
Il n'est pas nécessaire de préciser qu'elle aussi est en voie de disparition et pourtant sa culture est très délicate ! Dans la nature elle affectionne les rochers en plein soleil une partie de la journée alors qu'en culture l'équilibre est beaucoup plus difficile à trouver.

photo de Erythrodes querceticolaToutes les orchidées de Guadeloupe ne sont pas épiphytes comme la majorité des précédentes, un exemple avec Erythrodes querceticola. Et pour les puristes des macro-photos de fleurs de Erythrodes plantaginea et E. hirtella à comparer à celle de E. querceticola.

Cranichis muscosa


En restant dans les terrestres voici Cranichis muscosa, assez abondante. (détails des fleurs)

Cyclopogon cranichoidesToujours dans les terrestres avec Cyclopogon cranichoides. Signalons que cette orchidée est protégée du fait d'une préférence d'habitat sur les sentiers de randonnée des crêtes.. Ici c'est le feuillage qui est intéressant avec le verso rouge. Il faut dire qu'au niveau fleur nous arrivons dans le domaine des quelques millimètres, un exemple avec une autre espèce, Cyclopogon elatus qui est extrèmement rare en Guadeloupe.

Cyclopogon sp.Autre feuillage intéressant avec cette orchidée terrestre. Sans doute un Cyclopogon au vu des fleurs mais comme elle n'est pas décrite dans les livres de référence (voir ci-dessous) je laisse les spécialistes de la taxonomie au travail :-) .

Epidendrum carpophorumOn revient aux épiphytes avec Epidendrum carpophorum, on revient également aux plantes de plus grandes dimensions avec des fleurs d'environ 6 cm et des canes pouvant atteindre 1,20m.

Epidendrum jamaicense


Un autre Epidendrum avec E. jamaicense dont une des particularité est d'avoir des canes en cascades (la nouvelle se développant à l'extrémité de la précédente).

Epidendrum mutelianumA signaler, cet Epidendrum mutelianum, non seulement pour sa belle couleur jaune et son parfum mais aussi par le fait qu'elle est endémique de Basse-Terre en Guadeloupe et donc bien entendu protégée depuis 1989. Endémique signifie qu'elle n'existe à l'état sauvage QUE sur Basse-Terre, la Guadeloupe en est donc responsable devant la terre entière.

Isochilus linearis



Encore un peu de couleur avec cet Isochilus linearis aux petites fleurs rose (1cm). (vue globale)

D'autres encore attendent soit de fleurir soit que le photographe (...) soit décidé au bon moment :-) , à bientôt donc.
* Le livre de P. Feldmann et N. Barré (2001, Atlas des orchidées sauvages de la Guadeloupe - Patrimoines naturels, 48 : 228 p.) est une source inépuisable de renseignements sur les orchidées sauvages de Guadeloupe et notamment ceux sur l'importance et les moyens de la protection des orchidées dans le milieu naturel. Vous pouvez le découvrir un peu plus en suivant ce lien.